Comment voyager éthique et écologique

    Cet article a pour but de donner des pistes pour voyager en respectant un peu plus la planète et les êtres vivants. Voici tous mes conseils pour voyager plus éthique et écologique !

Les transports

    Je vais exclure ici le transport pour se rendre à la destination et en revenir, l’avion s’imposant pour un grand nombre de destinations hors Europe.Je ne vous apprends rien : la voiture est le moyen de transport le plus polluant si on exclut l’avion de l’équation. Quand c’est possible, il est préférable d’adopter des solutions alternatives :
  • dans les pays type « occidentaux », USA, Canada, Australie … la voiture est le moyen de transport le plus plébiscité et les alternatives (trains …) sont rares à part en Europe et au sein des grandes villes (et encore …). La meilleure solution est donc le bus, le covoiturage ou encore le stop pour les plus aventuriers. Je vous mets mes meilleurs liens sur le sujet en fin  d’article. Attention toutefois avec le stop, il est parfois illégal dans certains pays (voire Etats pour les Etats-Unis). Le site Hitchwiki vous renseignera sur le sujet. De mon côté, je dispose de cette carte pour les Etats-Unis, afin de savoir dans quels Etats il est autorisé.

Stop aux USA

  • dans les autres pays … Cela dépend !
    Globalement, le bus est la meilleure solution dans 3/4 des autres pays, en particulier là où le réseau de train est insuffisant. Le stop est également une option mais à considérer avec précaution dans les pays un peu dangereux, sans oublier de vérifier s’il est légal (sur Hitchwiki !).
    Le train peut être un bon moyen de transport lorsque le réseau le permet. Pour cela, j’utilise le site Seat61 qui est une véritable bible du voyage en train dans le monde avec horaires et numéros de train fournis et qui m’a bien aidée en Thailande (qui dispose d’un bon réseau ferroviaire !). Certains pays comme le Japon proposent des pass train pour voyager de maniere illimitée dans le pays, j’ai testé et approuvé !

Train en Thaïlande

  • Et enfin, pour explorer les villes ou leurs alentours, le vélo est une très bonne option, que ce soit en Asie ou aux USA, mais j’y reviendrai certainement !

Vélo en Chine

Le logement

    Les hôtels ne sont pas particulièrement écolo : service de blanchisserie, repas sous forme de buffet, matériel électronique fourni pour chaque chambre … et ces services que je ne considère pas comme très utiles ont un impact sur le prix de la nuitée. Il existe bien sûr des hôtels plus respectueux de l’environnement : matières  durables, alimentation bio, tri des déchets … Mais il est difficile de s’y retrouver entre les multiples appellations « éco-quelque chose » qui ne sont parfois que de la décoration. Je suis donc très portée sur les solutions alternatives, en voici mes préférées :

Le couchsurfing

    • Logement chez l’habitant basé sur l’échange, il est donc

gratuit.

    • Il vous suffit de vous inscrire sur le site couchsurfing, de

compléter votre profil de manière plutôt détaillée

    • : que préférez-vous faire en voyage, quels sont vos goûts… Car c’est comme cela que vous accrocherez avec vos hôtes. Vous les cherchez ensuite en entrant vos dates et destination et hop! Une liste d’hôtes potentiels apparaît.

Lisez bien leur profil

    • : certains ne peuvent offrir que leur canapé, d’autres une chambre d’amis, d’autre part leur profil donne un aperçu de leur personnalité. Vous leur envoyez ensuite une demande d’hébergement qu’ils peuvent accepter ou non. Cette demande doit être la plus

personnalisée

    • possible : montrez que vous avez lu leur profil et que vous vous entendriez bien. « Surfer » impose certaines contraintes : bien communiquer avec son hôte pour être sûr qu’il ne nous laisse pas tomber à la dernière minute ou que l’on ne parvienne pas à le joindre, être conscient que l’

on est invité

    • chez des gens et donc se comporter comme si l’on était invité chez des amis : les

petits gestes

    • comme un cadeau ou cuisiner un repas sont les bienvenus. Je recommande également vivement de séjourner chez des personnes ayant plusieurs avis positifs sur leur profil et répondant souvent aux messages.

 

    • J’aime beaucoup ce mode de séjour où l’on est

en immersion dans la vie des personnes

    qui nous accueillent. S’ils ont un peu de temps à vous consacrer, profitez-en à fond : découvrir la ville avec eux sera sûrement aussi intéressant qu’avec un guide, quant à partager un repas ensemble, je pense ne pas avoir à expliquer pourquoi ça peut être super !

Couchsurfing à Barcelone

 

Airbnb

    • Vous trouverez de tout sur Airbnb, des hôtes dans l’esprit Couchsurfing aux habitats insolites en passant par des appartements en ville que vous auriez pu trouver sur une agence de location.Le fonctionnement est tout simple, il vous suffit d’entrer vos dates et votre destinatation. Pas besoin d’avoir un profil détaillé, une carte bancaire suffit ;). Attention aux prix dans les résultats de recherche qui ne comprennent pas les frais Airbnb : le total que vous paierez sera plus élevé. Ensuite vous envoyez une demande à votre hôte et avez la possibilité d’envoyer un message personnel : une bonne occasion d’amorcer le contact, même si vous ne le rencontrerez peut être pas du séjour.Autre chose, il est possible pour votre hôte d’

annuler en dernière minute

    • votre séjour

(sur Couchsurfing aussi d’ailleurs)

    • . Pas de quoi paniquer, cela reste exceptionnel et dans ce cas vous êtes remboursé; mais ne comptez pas sur Airbnb pour vous trouver un logement alternatif à la dernière minute

contrairement au site Booking par exemple.

    • Globalement, vous aurez certainement d’autres propositions de logement sur le site Airbnb. Ayant expérimenté une annulation de dernière minute sur leur site, Airbnb m’avait remboursé un peu plus du montant payé pour tenir compte de la montée des prix.J’aime beaucoup l’option Airbnb également, on peut y trouver des logements exceptionnels

de la cabane en forêt à l’appartement traditionnel japonais

    • ! Je n’ai pas expérimenté de logements très originaux mis à part une maison troglodyte en Touraine mais compte bien me rattraper pendant mon tour du monde. L’

échange avec les hôtes

    est également un plus, parfois ils vivent dans le logement ou à proximité et vous pouvez échanger avec eux sur votre destination ou leur vie.

Airbnb troglodyte près de Blois

 

Les auberges de jeunesse

    • Je ne vais pas m’étendre sur le sujet : la

solution la plus économique

    • hors couchsurfing mais comportant la garantie d’avoir un toit sur la tête à l’arrivée. C’est également un moyen d’être bien placé au sein de la destination et de rencontrer d’autres voyageurs.Personnellement, je passe par le site

Booking.com

    •  (je ne connais pas bien les autres) : je trouve les descriptions des logements bien détaillées et les avis à leur sujet plutôt fiables. À ce propos, je recommande fortement de prendre des logements ayant une note supérieure à 8 et de lire quelques avis pour voir quels aspects reviennent le plus souvent. C’est une bonne option niveau flexibilité car de nombreux logements sont proposés avec annulation gratuite jusqu’à la veille ou l’avant veille, parfait si vous voyagez un peu au jour le jour.J’apprécie également booking pour la certitude de ne pas avoir d’annulation de dernière minute. En effet, si l’établissement

(hôtel, auberge …)

    annule, Booking est tenu de proposer un logement équivalent, ce qui n’est pas le cas d’Airbnb. J’ai personnellement testé après un bug de Booking qui avait annulé mon logement d’une semaine au Japon la veille du départ. Le service client de Booking m’a proposé un logement équivalent (en fait bien supérieur sur ce coup là) et a fait en sorte que je sois remboursée de la différence, ce qui sur une semaine et au Japon s’est avéré très intéressant !

Auberge de jeunesse à Rio : petit déj sur les toits

Le camping

    • Que dire à part qu’il s’agit de mon option préférée (sauf peut être en cas de forte pluie). Du bout de pré au camping 4 étoiles, vous trouverez certainement une option qui vous convient. Bon, ça implique de trimballer son matériel, donc mieux vaut voyager léger !Le point négatif avec le camping peut être la

difficulté de les trouver et/ou les réserver

    • .  Certains sites répertorient les campings d’un pays voire proposent de les réserver. Parfois vous aurez juste le numéro de téléphone du camping (sur Google maps ou TripAdvisor par exemple) et il faudra les appeler pour réserver. Petite astuce si c’est à l’autre bout du monde : le crédit Skype vous permet de téléphoner sans vous ruiner dans ces pays

(merci Rictus !)

Camping à Peddocks Island près de Boston (vous en entendrez parler très bientôt) 

D’autres pistes

    • …que je n’ai pas encore testées (mais qui sait ?)

Le WWOOFing :

    • globalement il s’agit de fermes bio où le gîte et le couvert sont offerts en échange d’une participation aux tâches de la ferme.

HelpX, Workaway, appli Worldpackers…:

    l’équivalent du woofing pour d’autres structures, cela peut être une auberge de jeunesse, un centre de vacances, un bateau … j’ai par exemple trouvé un centre de yoga qui proposait gîte, couvert, cours de yoga en échange d’un travail à la réception. D’ailleurs c’était au Québec et je suis très tentée d’aller y faire un tour !

Les activités

    • Du point de vue

environnemental

    • , je n’ai pas besoin de vous apprendre quelles sont les activités les plus polluantes

(la balade en hélico …)

    • et les plus respectueuses de la nature

(la rando en ne laissant aucun déchet avec soi par exemple).

    • Pour ce qui est de l’

éthique

    • , c’est plus difficile à juger.

 

    • Je ne vais pas vous surprendre en déclarant qu’il est préférable d’

acheter les souvenirs faits dans le pays visité

    • plutôt qu’à l’autre bout du monde et d’encourager l’économie locale, par exemple en passant par des

agences locales

    • plutôt que des tour operator

(nécessite un peu de pratique quand même!).

    • Au sujet du tourisme, ce que je peux recommander est de bien vous renseigner sur les activités que vous avez choisies, notamment si elles impliquent une visite dans une tribu, un quartier particulier … pour savoir si

la population locale en bénéficie

    • . Je vous conseille le site EchoWay qui détaille l’impact environnemental, économique… de différentes activités ou villages. Voici un

exemple

    •  au Népal. Hélas il n’est pas encore très complet ! Si vous passez par un circuit touristique classique, la solution est de donner un pourboire sur place mais en vérifiant d’abord avec votre guide ou agence que c’est ok et quel montant donner pour éviter de créer des déséquilibres.

 

    • Pour les pays comme l’Asie, la négociation des prix doit se faire dans le

respect

    • et sans faire de scandale. Il faut notamment garder en tête qu’à partir du moment où vous vous êtes mis d’accord sur un prix, l’accord est clos et ce n’est pas une arnaque. Les vendeurs font ce qu’ils peuvent pour gagner leur vie.Tant qu’on est au niveau du respect, je recommande globalement de se

renseigner sur les usages et traditions locales

    • , en particulier ce qui relève de la politesse. Dans certains pays la notion de

pudeur

    • est très importante – il faut se couvrir les bras ou les épaules par exemple – ou bien les croyances locales impliquent des pratiques à respecter, comme ne pas toucher la tête des autres chez les bouddhistes –

de manière générale, ne rien toucher du tout me semble la meilleure solution, tout comme s’habiller un minimum !

    • Dans un autre registre, dans certains pays (en Amérique du Nord par exemple) il est essentiel de laisser des pourboires car c’est globalement le revenu des serveurs : votre moteur de recherche préféré vous renseignera sur le montant !Je recommanderais également de cacher les signes extérieurs de richesse type appareil photo démesuré –

mais je reconnais que c’est pénible à ranger et ressortir !

    • A ce propos, j’évite de photographier des personnes de près et de face sans leur demander

(parfois en mimant)

    • l’autorisation, je trouve que c’est la moindre des choses. Il y a d’ailleurs certaines cultures chez qui c’est très déplacé.

 

    • Pour ce qui est de

respect envers les autres êtres vivants

    • , vous avez sûrement déjà vu des photos de voyage où la personne est assise à côté d’un tigre ou chevauche fièrement un éléphant surmonté d’un siège. Ces activités qui semblent sympa pour la bucket list sont en réalité le résultat de nombreux

actes de cruauté

    • sur les animaux perpétrés toute leur vie afin de les domestiquer. Je ne donne pas plus de détails ici mais mettrai des liens en fin d’article à ce sujet –

en particulier les traitements infligés aux éléphants domestiqués en Asie sont d’une violence inouïe

    • . Il en va d’ailleurs de même pour les animaux dans les cirques en Europe comme ailleurs

(j’en profite pour saluer le cirque Bouglione qui a décidé d’arrêter les performances incluant des animaux, preuve qu’on avance dans le bon sens !)

    J’éviterais également les parcs incluant des animaux ainsi que les zoos, car on n’est jamais sûr de comment les animaux sont traités.

Au Cambodge

    • De manière générale, bien qu’on ne puisse pas être irréprochable, il est possible de voyager pour voir des animaux dans leur habitat naturel en évitant au maximum de les perturber. Je n’ai hélas pas beaucoup de ressources sur le sujet donc si vous visitez un organisme impliquant des animaux (comme une ONG qui s’occupe d’éléphants en Asie) je vous conseille de regarder si elle fait partie de programmes de protection des animaux (Born free, Peta, Jane Goodhall…)

 

    • La

plongée sous-marine

    • par exemple, si l’on ne touche rien et ne s’approche pas trop près, permet un passage « sans traces » au milieu des animaux sans les choquer

(idem pour leur habitat)

    • , à quelques exceptions près

(accidents accompagnés de chute de matériel de plongée globalement).

    • La

randonnée

    – sans polluer – permet également de rendre visite à de nombreux animaux dans leur milieu naturel sans trop les impacter. Il convient bien sûr de se renseigner avant la randonnée et de ne pas tenter de nourrir les animaux. Parfois cela implique de faire très attention à sa propre nourriture, si vous avez croisé des singes ou des coatis vous savez de quoi je parle !

Minute culture : ceci est un coati.

    • En revanche, je recommande d’éviter au maximum les activités du type « 

nager avec les dauphins

    • « , « 

bateau qui s’approche tout près des baleines

    •  » … qui pour moi sont vraiment une

intrusion

    • dans leur monde. Les

safaris

    • également ne sont pas forcément respectueux des animaux, certains chauffeurs n’hésitent pas à s’approcher trop près de l’action. De loin, c’est un peu mieux ! En résumé, ce n’est pas très compliqué, je recommande de

rester éloigné des animaux

    autant que faire se peut. Achetez-vous de bonnes jumelles et tout ira bien !

Au Kenya

Il y a tant à dire sur le sujet que je pourrais continuer pendant un bout de temps encore (équipement, alimentation, déchets …). Je propose de s’arrêter là pour l’instant, j’y reviendrai certainement dans un prochain article.
Liens
Transport : meilleurs sites de covoiturage par pays / seat61 pour le train. / Hitchwiki pour le stop / checkmybus.com pour le bus dans certains pays (attention il recense aussi des covoiturages)
Logement : eco-label européen pour les hôtels couchsurfing / WWOOFing / helpx / workaway
Activités : EchoWay / éléphants en Asie / tourisme respectueux des animaux : je n’ai pas encore de ressource qui me convienne, cela viendra un jour !

Un commentaire Ajoutez le votre

  1. Anonyme dit :

    Girl, Hostel World: http://www.hostelworld.com/. Souvent plus exhaustif que Booking / Expedia.

Laisser un commentaire