Carnet de voyage – New York, Boston et Peddocks Island

​Carnet de voyage à New York où j’ai débuté mon tour du monde et à Boston où j’ai campé sur les Peddocks Islands ! Je vous emmène !

New York : début de mon tour du monde

Difficile de partir pour 6 mois de voyage et de savourer les premiers jours sans penser à ce qui m’attend ou à mes derniers jours en France qui furent plutôt intenses.Difficile de se retrouver à New York et de me motiver pour arpenter cette ville où je suis déjà allée alors qu’il pleut et que je suis un peu décalée.

    Et pourtant, en quelques jours la magie opère :
    Central Park que je parcours une paire de fois en marchant ou en courant,
    – ses écureuils et lumières émises par le sol (?),
    – Chinatown, Little Italy,
    le ferry pour voir la statue de la liberté sur un coucher de soleil trempé de nuages.

Errer au hasard dans les rues et tomber sur un super panorama du fleuve Hudson, un tag de Banksy, un petit marché bio ou un jardin communautaire.

Rencontre au MET

Capitulant devant le temps pluvieux, aller explorer le musée d’Histoire Naturelle et le MET et y rencontrer Luis qui sera mon meilleur souvenir de New York.

    • Après de grandes conversations sur l’impressionisme au musée, on part se balader à Central Park. J’en apprends un peu plus sur sa vie d’ingénieur IT pour la Navy.

Après qu’il m’ait fait écouter du Erik Satie, on se met en quête d’une « cheap New York pizza » et on en trouve une à 99 centimes la part…

    On pouvait difficilement faire mieux !

On la déguste au milieu des lumières et des touristes de Times Square après un bain de foule qui menaça plusieurs fois notre gigantesque pizza et de nombreux fous rires.

    Puis Luis reprend son bus pour Washington où il habite. J’ai vraiment adoré le rencontrer, il a mis un peu de piment à ces trois jours new yorkais.
    Il m’a laissé un petit cadre qu’il a acheté au MET. Au dos il a écrit : « You and I share the same interests : adventure and art ».

 

Boston & Peddocks Island

Parfois ce sont les pires a priori qui donnent les meilleurs souvenirs.

Pérégrinations bostoniennes

J’étais plutôt fière de mon idée. Camper à Peddocks Island dans la baie de Boston m’économisait la nuit en ville, hors de prix.  Me voilà donc partie ! Voyage en bus moyennement confortable, énorme plat de nouilles dans le Chinatown de Boston. J’étais prête pour Boston en attendant le ferry pour l’île. J’imagine qu’il est en fin d’après-midi.

J’appelle quand même la ranger du parc. « Le dernier ferry est à 15h30 ! » Panique, il est 15h15 et je suis à l’autre bout de la ville. Je prends un taxi. Il se trompe. Puis m’amène au port à 15h35. Et j’apprends qu’en fait il n’y avait pas de ferry à 15h30.

Je parlemente avec la ranger pendant une dizaine de minutes au téléphone. Je lui dis que je vais devoir dormir dehors si elle ne m’aide pas (en gros).. Elle est plutôt compréhensive. Elle va faire son possible, je dois rester près du port.

2 minutes plus tard, une dame débarque. « Un ferry va t’emmener sur une île. Là tu pourras prendre le bateau pour Peddocks Island ». C’est donc parti pour 30mn de ferry absolument vide ! Alors qu’une minute auparavant je pensais devoir débourser une centaine d’euros pour dormir en auberge.

Peddocks Island

Et enfin, me voilà à Peddocks Island ! A part un peu d’eau potable et des toilettes sèches, il n’y a pas d’installation de camping. Juste une belle clairière où monter la tente. L’île comporte aussi une église à l’ancienne, des anciens baraquements militaires, des forêts, une plage et même des cerfs – j’en rencontre un 5 minutes après m’être installée ! Je me sens vraiment bien sur ce bout de terre, véritable bol d’air après New York, juste de l’herbe, des arbres et l’océan.


Rencontre avec les voisins

Mes voisins de camping m’ont l’air sympa donc je me lance pour aller faire connaissance. Martin d’Angleterre, Cassie de New York et leurs enfants ainsi que Brent du Minnesota et ses enfants sont vraiment adorables. Ils me conseillent d’aller regarder le coucher de soleil sur le côté de l’île où l’on voit également la « skyline » de Boston.

C’est l’occasion d’essayer – sans succès … ni beaucoup de motivation – de faire du feu tout en admirant le spectacle du soleil flamboyant au milieu des gratte-ciel au bord de l’horizon.

Feu de camp et marshmallows

Puis arrive Joseph, l’un des enfants des voisins, qui me propose un « s’more ».

Je me joins à eux et c’est parti pour une soirée avec :

  •  énorme feu de camp,
  • guitare,
  • chants à tue-tête avec toute la famille,
  • s’mores (cracker + chocolat sur lequel on dépose un marshmallow chauffé au feu qui fait fondre le chocolat, absolument pas vegan mais je ne pouvais pas ne pas tester).

L’une des filles connaît Graceland de Paul Simon par coeur, l’un des garçons me bombarde de questions sur la Tour Eiffel, les enfants nous épatent avec leur interprétation des chansons de Moana. Je me souviendrai longtemps de cette soirée !


Boston

Le lendemain, c’est exploration de Boston et un peu de shopping. La ville est petite et se fait facilement à pied le long du « freedom trail », qui retrace l’histoire des colons américains et de leur indépendance. Maisons en briques rouges, petites églises, personnalités marquantes comme Benjamin Franklin ou Samuel Adams… Une très bonne balade ensoleillée qui se termine par une énorme salade au quinoa et kale.

Nouvelle soirée à Peddocks Island

Je reprends le ferry – à l’heure cette fois – pour Peddocks Island où je croise mes voisins qui me proposent des bières. « I would have bought you a beer but I didn’t want to look presomptuous, so would you like a beer ? »

Après un dîner tous ensemble, exploration des baraquements militaires où nous sommes guidés par les enfants qui ont déjà tout visité armés de talkies walkies. Une nouvelle soirée autour du feu s’ensuit même si Brent et Joseph ne sont pas là, et le lendemain je dis au revoir à tout le monde avec un petit pincement au coeur.

Quartier Old North Church : coup de coeur

Je me promène ensuite – avec 9 kg supplémentaires – dans le quartier de Old North Church à Boston où j’ai un coup de coeur pour ses rues tortueuses bordées de maisons en briques rouges et ses petits restaurants italiens qui ont l’air bien plus authentiques que ceux de Little Italy. Un coup d’oeil au vaisseau USS Constitution et je me dirige vers la gare routière, prochaine destination : Montréal !

La suite : Carnet de voyage – Montréal et Québec


Quelques photos supplémentaires :

Ferry de Staten Island :



Chinatown, Little Italy :



Musée d’Histoire Naturelle


MET :


Boston :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Pour ne rien manquer des nouveaux articles du blog, tu peux recevoir la newsletter une fois par semaine ! Je t'offre une méditation et l'accès aux ressources du blog sur l'écriture !