Carnet de voyage – Bali – Temples d’Ubud

Je débarque à Bali toute heureuse de retrouver mon amie Alix. Il fait bien chaud, le peu de Balinais que je rencontre sont déjà adorables, mon séjour commence bien, destination les temples d’Ubud au cœur de Bali !

Destination : Ubud

Nous dormons à Semyniak près de l’aéroport et partons le lendemain matin pour Ubud, ville située au centre de Bali et où il y a globalement beaucoup de touristes car sa situation permet de visiter facilement l’île.  Nous avons pris un chauffeur pour y aller et visiter deux temples sur le chemin. Après un petit déjeuner riche en vitamines (je revis après la Polynésie et la Nouvelle Calédonie !), destination notre premier temple : Tanah Lot.

Luwak coffee

Notre premier arrêt est un magasin de café où nous admirons les plantes du jardin (gingembre, citronnelle, fruits …) et dégustons une douzaine de cafés et infusions différentes. Le « Bali Coffee » m’évoque le café turc, bien solide, tandis que les infusions bien sucrées de cacao, « rosella », citron, gingembre … sont délicieuses !

Ombre à ce tableau plutôt sympathique (nous, une fontaine, de l’encens, un peu de musique, et plein de thés) : la spécialité du lieu (ainsi que de l’île) est le « luwak coffee« . Les luwaks sont de petits mammifères pouvant se nourrir de grains de café que les Balinais récupèrent dans les selles, et préparent comme du café . Du coup, ces animaux sont présents dans le jardin, dans des cages minuscules … Nous tentons de ne pas trop y penser et achetons un peu de cacao de Bali avant de partir pour Tanah Lot.

Tanah Lot


Situé sur un rocher en bord de mer, près de Semyniak, on ne peut y accéder qu’à marée basse. C’est vraiment beau, le ciel est bleu sans nuage, le temple et les falaises de la côte sont battus par les vagues, une plage de sable noir complète le tableau : quel premier aperçu de Bali !

Temple de Taman Ayun, sur la route d’Ubud

Nous nous dirigeons ensuite vers Taman Ayun, temple situé sur la route d’Ubud, que nous trouvons particulièrement beau, simple. Il est situé en bord de rivière et quasiment désert. J’ai l’habitude des temples – bouddhistes – du Laos et de Thaïlande qui sont bariolés, peints de couleurs vives voire criardes (rouge, vert, or…).

Ici les temples sont hindous, mais très sobres, quasiment rien n’est peint, laissant la part belle aux vieilles pierres couvertes de mousse et progressivement envahis par la végétation. Ils comportent des pagodes toutes simples, noires et étagées, et peu de fioritures excepté les offrandes colorées faites aux dieux à partir de feuilles tressées, fleurs, encens. C’est mon premier contact avec l’hindouisme et je suis émerveillée par la sérénité des lieux. Après une petite photo souvenir avec notre chauffeur qui semble tout content, nous partons pour Ubud.

Trajet vers Ubud

Petit à petit, la ville fait place à des rizières, de la forêt, tout ici est petit, courbé le long des montagnes, l’espace est utilisé au maximum, ce qui donne de très jolis paysages avec toutes les nuances de vert possibles. Je suis en Asie, enfin !

Arrivée à Ubud

Nous arrivons ensuite à Ubud où nous nous installons dans notre petit hôtel et constatons que notre chambre comporte un magnifique balcon donnant sur la forêt tropicale avec une petite rivière en contrebas ! Puis nous nous mettons en quête de nourriture et atterrissons dans un restaurant repéré par Alix pour son « lot of cheap vegetarian food ».

Ce premier repas balinais est incroyable, enfin des fruits et légumes ! ainsi que du tempeh, spécialité indonésienne à base de haricots de soja fermentés dont la texture est proche du poulet. Nous goûtons de tout et notre addition est dérisoire : un bonheur !

Premier jour à Ubud

Cette première après-midi à Ubud sera plutôt relax : planifier nos jours sur place, faire un peu de shopping et prendre l’apéro dans la piscine. Je m’achète notamment un carnet car le mien est rempli, et une gourde car le Burning Man a eu raison de la mienne !

2e jour à Ubud : temples au nord d’Ubud, cascade, forêt de Sangeh et source chaude

Le lendemain, nous avons pris un chauffeur pour un petit trip dans le nord de l’île. Un vieux balinais nommé – s’en suit un nom indonésien difficile à retenir, mais nous pouvons l’appeler Tommy, et particulièrement gentil.

Forêt aux singes de Sangeh

Il commence par nous conseiller une « forêt aux singes » de Sangeh, qui est sur notre route, et moins chère que celle d’Ubud : ok, allons-y ! C’est une balade très agréable : le temple est en bordure d’une forêt extraordinaire, aux arbres immenses, pleine de bambous, et il est également plutôt ancien, en pierre brute et avec ce petit côté abandonné caractéristique de l’île.


Et bien sûr, les singes qui se promènent partout en souverains du domaine, escaladent le temple, prêtent à peine attention à notre présence, sauf l’un qui est très intéressé par Alix. Nous sommes rassurées de voir qu’ils sont plutôt indépendants, même si j’imagine que pour qu’ils restent là les humains doivent les appâter avec de la nourriture.

La cascade « Nungnung »

Nous faisons un tour dans la forêt, si haute et calme que c’est comme une cathédrale de verdure, puis partons pour notre prochaine étape, l’impressionnante cascade « Nungnung » à laquelle on accède en descendant un escalier interminable. Comme à la forêt aux singes, nous sommes quasiment seules, et complètement au milieu de la jungle, dont je ne peux détacher mes yeux.


Une fois en bas, wow ! La cascade, l’humidité, la brume, le sentiment d’être presque seules au monde – mis à part quelques locaux qui tergiversent plusieurs minutes avant d’oser nous demander une photo. Nous remontons les centaines de marches, et faisons une pause à un petit temple à mi-chemin où nous pouvons contempler la jungle, émerveillées.

Chemin vers le temple de Pura Ulun Danu Beratan

Puis nous retrouvons Tommy qui nous emmène en direction des montagnes vers le temple de Pura Ulun Danu Beratan. En chemin, nous lui posons beaucoup de questions sur sa vie – il a trois enfants, un policier, un chauffeur et une fille qui fait ses études -, l’hindouisme à Bali .

La religion est majoritaire sur l’île alors que l’Indonésie est essentiellement musulmane. Elle est mêlée d’animisme, notamment surnommée « la religion de l’eau sacrée« . Tommy nous explique qu’elle est liée aux éléments : l’eau pour Vishnou le protecteur, le feu pour Shiva le destructeur, leur lien avec notre corps et notre esprit.

Notre guide a également une théorie sur pourquoi les vaches sont sacrées dans l’hindouisme. Selon lui, le lait de la mère nourrissant le bébé, il symbolise la vie comme pour les humains. Il nous parle du karma, de la gentillesse, de la spiritualité et de tant de choses primordiales avec une simplicité désarmante.

Temple de Pura Ulun Danu Beratan

Nous arrivons au temple au bord du lac et commençons par déjeuner pour échapper à la pluie. Tommy, muni d’un parapluie, nous accompagne jusqu’à la porte du restaurant du temple.


Danu Beratan me plaît beaucoup tant le cadre l’embellit. Les nuages et la brume s’accrochent aux collines, enveloppant la scène d’un cocon vaporeux. De rares touches de couleur (fleurs, offrandes) viennent égayer le tableau en nuances de gris formé par le lac, les montagnes et les pagodes noires du temple. Il est si petit et si simple, j’aime vraiment beaucoup les temples balinais !

Source chaude bonus

Notre programme de la journée est terminé. Tommy nous propose de poursuivre avec la visite d’une rizière plutôt jolie, mais il faut payer pour la traverser, et nous décidons de ne pas le faire vu que le lendemain nous allons en voir une plutôt réputée. Ok, donc retour à Ubud !

Notre chauffeur, après quelques minutes de route, nous demande : « vous avez votre maillot de bain ? » Oui. « Une source chaude ça vous intéresse ? » Bien sûr ! elle est tout près et après un peu de route dans les montagnes, nous voilà dans un grand bassin d’eau de source volcanique, entourées de jungle, avec le bruit de petites cascades se mêlant aux sons de la forêt.

Quasiment seules une fois de plus, c’est un paradis ! Nous réalisons à peine notre chance. Notamment le fait que Tommy nous l’ait proposée en dernière minute alors qu’il aurait pu nous ramener et être plus tôt chez lui.


Le bassin en plein air fait place à un petit bassin privatif un peu plus chaud qui me rappelle beaucoup les onsen japonais, puis au bain le plus chaud de tous, qui est un vrai bonheur pour moi.

Les pieds dans la rizière

L’eau volcanique est fortement chargée en minéraux, et nous sommes bien détendues après cette journée intense ! Cette petite baignade se termine par un rêve qui se réalise pour moi : j’ai toujours voulu marcher pieds nus dans une rizière et il y en a une à la porte des sources chaudes.

J’en discute avec Tommy qui a un peu peur que je m’y enfonce jusqu’aux genoux car c’est très boueux. Mais il me dit où mettre les pieds – de mon côté je ne veux pas abîmer le riz ! – et me voilà les deux pieds plantés dans la rizière ! Enfin ! Sous le regard amusé et sûrement un peu perplexe de notre guide. C’est une bonne sensation, je me sens encore plus connectée à la terre, à l’Asie, à sa version idyllique qu’est Bali.

Restau cru à Ubud

Puis je file me rincer les pieds aux sources pour éviter de salir la voiture de Tommy, qui nous disons au revoir peu après alors qu’il nous dépose devant un restaurant dont je me souviendrai longtemps : cru, végane, débordant de jus de fruits frais, desserts délicieux, cela me rappelle mon quotidien en France et fait un bien fou !

3e jour à Ubud : Tegalalang et quelques péripéties

Notre programme le lendemain est de louer un scooter pour aller explorer l’est d’Ubud, plus accessible que les les lieux visités la veille. Je suis toute contente, cela me rappelle mes trips à moto dans la campagne (et ville) laotienne où j’ai passé deux mois inoubliables.

Tegalalang

Notre première destination : les rizières de Tegalalang, particulièrement photogéniques. Au lieu de payer pour descendre le long des cultures en terrasse, nous préférons nous installer dans un café juste en face et les contempler en sirotant des jus de fruits frais. L’endroit est plutôt touristique mais cela ne nous empêche pas de profiter de l’instant.

Temple de Gunung Kawi Sebatu

Notre prochain arrêt est le temple de Gunung Kawi Sebatu, perdu dans un village non loin de Tegalalang. Nous sommes à nouveau quasi seules. Je trouve vraiment magnifique ce temple en vieilles pierres noires, entouré du vert foncé de la forêt. Le calme des bassins, l’odeur d’encens et les touches de jaune et d’orange brossent un tableau très apaisant, d’un calme irréel, à peine perturbé par les bruits de la nature. C’est incroyable !

En route vers Tirta Empul : accident de scooter !

Notre dernière étape est le temple de Tirta Empul. La conduite est un peu plus sportive, nous nous enfonçons dans les rizières sur des routes en piteux état. Le chemin, jusqu’ici plat, s’incline de plus en plus. Nous nous retrouvons sur une route verticale, recouverte de graviers, où j’ai du mal à freiner pendant quelques secondes : boom, le scooter glisse et nous tombons en travers de la pente.

Je n’allais pas vite, mais suis tombée sur le menton et le genou. J’ai surtout eu bien peur pendant un instant que les freins ne fonctionnent plus. Heureusement tout va bien. Alix n’a rien, seul son portable a morflé. De mon côté, ce ne sont que des éraflures, mais j’ai du sang partout.

Ce n’est pas ça qui va m’arrêter 

Tous les Balinais veulent me soigner !

Nous nous remettons en route et nous arrêtons au premier garage pour racheter un rétroviseur gauche, le précédent n’ayant pas survécu au crash. Les Balinais sont effarés en voyant ma plaie au menton et se précipitent pour se proposer de la nettoyer. On repart pour le fameux temple – au point où on en est, on ne va pas laisser tomber ! A peu près tous les locaux que nous croisons sur place s’inquiètent pour ma blessure, me demandent ce qui est arrivé ou se proposent pour la laver.

L’un d’eux me fournit d’ailleurs une explication on ne peut plus logique à cela . « Je peux t’aider à nettoyer ? – pas besoin, je viens de le faire ! – mais si je t’aide, j’aurai un bon karma ! »

Hum, est-ce que c’est toujours de la gentillesse dans ce cas ?

Tirta Empul

Tirta Empul est réputé car les Balinais viennent s’y baigner dans l’eau de source pour se purifier. L’eau, les bassins, les montagnes d’offrandes embaumant l’encens… Le cadre est très particulier et dégage beaucoup de « sacré » malgré les touristes un peu plus nombreux que d’habitude.

J’en profite pour me rincer discrètement le visage, non sans me sentir un peu coupable d’utiliser de l’eau sacrée pour le résultat de mes bêtises. Le reste du temple vaut également le coup d’oeil, notamment un banian tree fantastique – oui, comme en Polynésie !

Retour à Ubud

Nous repartons ensuite pour Ubud : un peu de conduite-slalom entre les bouchons en heure de pointe, où grâce à mon expérience laotienne je suis beaucoup plus à l’aise que sur les routes de montagne. Après une séance de désinfection un peu difficile – contrebalancée par la belle vue du balcon !, nous partons pour l’un des restaurants végétariens les plus réputés de la ville, sur notre fidèle destrier.

Airbnb à Ubud au milieu des rizières

Le jeudi, nous quittons notre balcon avec vue sur la jungle pour un Airbnb au milieu des rizières. Cette journée détente commence par un petit déjeuner à base de glace au lait de coco et d’une montagne de fruits. Puis nous partons à la recherche de notre logement, situé à quelques minutes de marche du centre d’Ubud. Cela commence bien : l’application m’indique un emplacement, Google un autre, et le réceptionniste de l’hôtel un troisième après avoir eu le propriétaire de l’Airbnb au téléphone. Bon, on va bien trouver !

A la recherche de notre logement

Nous sommes rapidement sur un petit chemin bordé de rizières d’un vert éclatant. Nous tombons sur une maison au même nom que l’Airbnb : c’est ici ? un jeune homme nous répond que non, c’est plus loin, mais qu’il peut nous déposer là-bas en moto ! OK, c’est parti pour quelques minutes à moto sur un sentier très étroit qui serpente au milieu des rizières, super ! Notre logement comporte un balcon gigantesque donnant sur les rizières vert émeraude à perte de vue, dans un calme absolu, nous sommes ravies !

Kiss me Kettut

Après une trempette dans la piscine, nous cherchons quelque chose à boire. Nous tombons sur un restaurant en plein milieu des rizières, désert, où nous passons l’après-midi. Il s’appelle « Kiss Me Kettut » du nom de Kettut Liyer, guérisseur balinais apparaissant notamment dans le film « Mange, Prie, Aime« .

Nous contemplons la vue, à demi couchées sur des poufs, buvons du café balinais, partons dans de grandes conversations … jusqu’au coucher du soleil, un très bon souvenir ! De retour à notre nid douillet, nous trouvons enfin un inconvénient à cet endroit paradisiaque. Les moustiques qui ont décidé de nous mener une guerre sans merci. C’est malgré tout une bonne soirée, et nous préparons mon itinéraire en Birmanie.

En route pour Gili Trawangan

Le lendemain matin, nous quittons les rizières pour retourner au centre d’Ubud où doit nous retrouver notre transport pour l’île de Gili Trawangan, à une heure de bateau à l’est de Bali, près de l’île de Lombok.

En attendant le chauffeur, nous buvons un café à Starbucks (pour le prix de plusieurs plats végétariens, mais passons) et j’aperçois un jardin de lotus que je m’empresse d’aller photographier, comme pour ne pas perdre une miette de la ville.

Ubud : mon avis

J’ai vu plusieurs pays d’Asie du Sud-Est et la région d’Ubud en est une version idéale. Rizières partout, ondulant le long des montagnes. Jungle touffue – de notre balcon, en une matinée, j’ai pu apercevoir des écureuils, des oiseaux et un iguane. Temples plus beaux les uns que les autres, emplis de sérénité et d’authenticité. Sourires où que nous allions. La meilleure nourriture que j’aurai pu tester pendant mon voyage (ma vie ?).

Du vert, du vert partout, la forêt, les rizières, la mousse sur les pierres. Et je ne parle pas de tout ce que nous avons pu voir, cascades, temples, sources chaudes, petits restos adorables, centres de yoga… Je me suis sentie si bien ici qu’il m’est inconcevable de ne jamais y revenir.

La suite : Carnet de voyage – Bali – Gili Trawangan et Uluwatu

 

Quelques photos








Un grand merci à Alix pour une bonne partie des photos de cet article ! Pour voir ses autres photos de voyage c’est  !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *