montgolfiere bagan

Activités éthiques en voyage, écologie et respect des animaux

Je continue sur ma série Comment voyager éthique : aujourd’hui, les activités éthiques en voyage, le respect des populations locales, de l’environnement et des animaux. C’est parti !

Les achats

Vous vous en doutez. Acheter les souvenirs faits dans le pays visité plutôt qu’à l’autre bout du monde encourage l’économie locale. Tout comme passer par des agences locales plutôt que des tour operator (nécessite un peu de pratique quand même!).
N’hésitez pas à consulter la liste des commerces équitables du pays. Je vous mets tous mes liens en fin d’article !

Les coutumes

bouddha

Au Japon

Comment négocier les prix avec respect

Pour les pays où l’on négocie les prix, la négociation doit se faire dans le respect (rester calme, détendu) et sans faire de scandale. Il faut garder en tête qu’à partir du moment où vous vous êtes mis d’accord sur un prix, l’accord est clos et ce n’est pas une arnaque. Les vendeurs font ce qu’ils peuvent pour gagner leur vie.

Comment respecter les coutumes locales

Tant qu’on est au niveau du respect, je recommande globalement de se renseigner sur les usages et traditions locales, en particulier ce qui relève de la politesse.

Dans certains pays la notion de pudeur est très importante. Par exemple, certaines parties du corps sont à couvrir en Asie et au Moyen-Orient, il ne faut pas toucher la tête des autres chez les bouddhistes. Une simple recherche internet avant de partir vous évitera d’offenser des gens …  De manière générale, ne rien toucher du tout me semble la meilleure solution, tout comme s’habiller un minimum !

sarong

A Bali, on porte le sarong pour cacher ses jambes lors de la visite des temples

Je recommanderais également de cacher les signes extérieurs de richesse type appareil photo démesuré – mais je reconnais que c’est pénible à ranger et ressortir !

A ce propos, j’évite de photographier des personnes de près et de face sans leur demander (parfois en mimant) l’autorisation, je trouve que c’est la moindre des choses. Il y a d’ailleurs certaines cultures chez qui c’est très déplacé.

Comment donner un pourboire

En Amérique du Nord, il est essentiel de laisser des pourboires car c’est globalement le revenu des serveurs. 15-20% du montant me semble un bon choix, mais sinon vous pouvez toujours poser la question au moment de payer. Cela semble un peu bizarre mais je l’ai fait au Canada et aux USA et j’ai souvent reçu une explication très claire !

Attention aux paiements par carte bancaire, le pourboire est à entrer avant de régler, et j’ai plusieurs fois fait la fausse manip. N’hésitez pas à demander comment faire une fois face à la machine.

Pour les pays autres que l’Amérique du Nord, c’est plutôt variable, une recherche sur votre moteur préféré vous renseignera mieux que moi !

Les activités

montgolfiere bagan

A Bagan

Du point de vue environnemental, je n’ai pas besoin de vous apprendre quelles sont les activités les plus polluantes (la balade en hélico …) et les plus respectueuses de la nature (randonnée …). Où que vous alliez, il va de soi d’appliquer le principe du « leave no trace » et de laisser le moins de déchets possibles derrière vous.

Comment trouver des activités responsables

Au sujet du tourisme, ce que je peux recommander est de bien vous renseigner sur les activités que vous avez choisies, notamment si elles impliquent une visite dans une tribu, un quartier particulier … pour savoir si la population locale en bénéficie. Je vous conseille le site EchoWay qui détaille l’impact environnemental, économique… de différentes activités ou villages. Ainsi que Voyager-Autrement qui permet de trouver ce genre d’initiative par destination (tous mes liens sont en fin d’article).

Si vous passez par un circuit touristique classique, la solution est de donner un pourboire sur place. Vérifiez d’abord avec votre guide ou agence que c’est ok et quel montant donner pour éviter de créer des déséquilibres.

 

C’est quoi le tourisme durable / responsable / l’écotourisme / etc ?

  • Tourisme responsable : le tourisme responsable est en gros voyager en ayant conscience son impact sur l’environnement et sur la population locale et essayant de faire au mieux.
  • Voyage durable : On va plus loin, une façon de voyager respectueuse des locaux et de l’environnement.
  • Tourisme équitable : inspiré du commerce équitable, il permet de reverser une plus grande part des revenus à la population locale que le tourisme classique.
  • Écotourisme : l’écotourisme est respectueux de l’environnement et des locaux, à qui il permet de vivre.
  • Tourisme solidaire : Le voyageur ou l’agence reverse une partie des bénéfices à des projets de développement locaux impliquant les populations locales.

Activités éthiques en voyage : le respect des animaux

Au Cambodge … une activité à bannir

  • Pour ce qui est de respect envers les autres êtres vivants, vous avez sûrement déjà vu des photos de voyage où la personne est assise à côté d’un tigre ou chevauche fièrement un éléphant surmonté d’un siège. Ces activités qui semblent sympa pour la bucket list sont en réalité le résultat de nombreux actes de cruauté sur les animaux, perpétrés toute leur vie afin de les domestiquer. Je ne donne pas plus de détails ici mais mettrai des liens en fin d’article à ce sujet – en particulier les traitements infligés aux éléphants domestiqués en Asie sont d’une violence inouïe.
  • Il en va d’ailleurs de même pour les animaux dans les cirques en Europe comme ailleurs. J’en profite pour saluer le cirque Bouglione qui a décidé d’arrêter les performances incluant des animaux ! On avance dans le bon sens !
  • J’éviterais également les parcs incluant des animaux ainsi que les zoos, car on n’est jamais sûr de comment les animaux sont traités.

Comment trouver des activités respectueuses des animaux

  • Il est possible de voyager pour voir des animaux dans leur habitat naturel en évitant de les perturber. Si vous visitez un organisme impliquant des animaux (comme une ONG qui s’occupe d’éléphants en Asie), je vous conseille de regarder si elle fait partie de programmes de protection des animaux (Born free, Peta, Jane Goodhall…). 
  • La plongée sous-marine par exemple, permet de s’approcher des animaux avec un impact plutôt minime, à condition de faire attention à ne pas toucher les coraux ou chuter du matériel de plongée.
  • La randonnée – sans polluer – permet également de rendre visite à de nombreux animaux dans leur milieu naturel sans trop les impacter. Il convient bien sûr de se renseigner avant la randonnée et de ne pas nourrir les animaux. Parfois cela implique de faire très attention à sa propre nourriture … Si vous avez croisé des singes ou des coatis vous savez de quoi je parle !

Minute culture : ceci est un coati.

    • Les safaris également ne sont pas forcément respectueux des animaux. Certains chauffeurs n’hésitent pas à s’approcher trop près de l’action. Des routes sont tracées dans les parcs et les chauffeurs doivent les respecter, mais parfois, certains ignorent délibérément cette règle. Je peux vous conseiller de chercher des écosafaris pour être sûr de vous (voir liens en fin d’article).

Au Kenya

Il y a tant à dire sur le sujet que je pourrais continuer pendant un bout de temps encore (équipement, alimentation, déchets …). Je propose de s’arrêter là pour l’instant, j’y reviendrai certainement dans un prochain article.

Pour aller plus loin :

Comment voyager éthique et écologique : transport et logement

Liens

EchoWay / Voyager-Autrement / Ecovoyageurs (éco safaris, éco tourisme) / éléphants en Asie informations (warning : article très dur)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Pour ne rien manquer des nouveaux articles du blog, tu peux recevoir la newsletter une fois par semaine ! Je t'offre une méditation et l'accès aux ressources du blog sur l'écriture !