Devenir minimaliste : pourquoi ?

Mon article Voyager minimaliste : faire son sac pour un tour du monde était assez radical, et pourtant j’ai eu beaucoup de retours et de questions à ce sujet. Parce que c’est logique pour un.e voyageur.se de chercher à diminuer le poids qu’il va porter. Ce qui est moins logique, c’est de diminuer le nombre d’objets qui nous entourent. On ne les porte pas sur le dos, certes, mais on en est entouré, on les voit tous les jours, en ouvrant nos placards, en choisissant ce qu’on va mettre le matin, en allant à la cuisine, la salle de bain. Dans cet article, je vais vous expliquer pourquoi devenir minimaliste.

 

IMG_20170721_112036

Et si c’était votre appart’ ?

Un simple test serait de visualiser votre intérieur en retirant tous les livres que vous ne comptez pas lire / les vêtements que vous ne portez pas et gardez au cas où / les cadeaux qu’on vous a offerts et que vous n’aimez pas spécialement. Ce serait mieux, non ? Plus lumineux, plus clair ? Vous ne vous sentez pas déjà apaisé ou presque à cette pensée ?

Pourquoi se lancer ?

Avant de partir en tour du monde, je m’étais déjà beaucoup intéressée au minimalisme, qui est un bien grand mot pour désigner une chose simple : avoir moins de choses.
Je ne vais pas essayer de vous convaincre de faire un énième tri, plutôt vous donner des pistes de réflexion à ce sujet (pour lequel j’inaugure une nouvelle catégorie d’articles sur le blog, qui me tient particulièrement à coeur !)
Si vous êtes déjà convaincu.e, je vous recommande mon article  Devenir minimaliste : la méthode Marie Kondo (KonMari)  pour désencombrer son intérieur.

Pourquoi devenir minimaliste : les bienfaits du désencombrement

Diminuer le nombre d’objets qui nous entourent, cela peut sembler évident pour certains, moins pour d’autres.

  • pour avoir plus de temps

Et si vous trouviez tous vos objets en une seconde ?
Quant à vos placards, ils ne contiendraient que des habits que vous adorez ?
Et si vous n’aviez plus à vous dire constamment « il faut que je range ça« , « c’est le bazar ici« …
Bref, je pense qu’il est assez facile de concevoir le temps économisé.

  • pour plus de simplicité

IMG_20161006_104245

J’ai illustré cet article avec uniquement des photos de mon intérieur. Mais chacun a sa propre vision du minimalisme, du « premier pas » à l’intérieur épuré à l’extrême !

Avoir uniquement des habits, produits … qu’on adore, avoir un seul produit pour un usage (dentifrice, shampooing, produit de beauté, ménage…) voire plusieurs usages (le vinaigre blanc qui permet de nettoyer les 3/4 de son intérieur sans produits chimiques…), c’est aussi se simplifier la vie, des décisions en moins (s’habiller le matin …), faire plusieurs choses d’un coup..

Mon meilleur exemple est le vinaigre blanc pour le ménage : mélangé à de l’eau, il permet de : détartrer cafetière et bouilloire / nettoyer le plan de travail / l’évier / le lavabo / la douche / le mitigeur/ les WC / les plaques vitro... C’est un poil plus pratique que d’avoir plusieurs produits !

  • pour notre bien-être :

Plus de temps et de simplicité : on se sent mieux ! Le contraire de « être entouré d’objets que l’on adore« , c’est quand autour de nous il y a des objets qui nous encombrent, dont on ne sait pas quoi faire, dont on n’a pas besoin, dont on possède plusieurs exemplaires alors qu’un seul suffirait … voire des objets que l’on n’aime pas ! Comme je le disais au début, si tous ces objets disparaissaient, ce serait un poids en moins, sans compter que votre intérieur serait plus agréable à vivre !

salon minimaliste déco

Idée : se débarrasser des posters, affiches … et les remplacer par des photos qu’on aime !

Moins acheter

désencombrer

Avant que je ne débute la démarche minimaliste !

Devenir minimaliste, même au tout début de la démarche, vous mènera forcément à  bien réfléchir à vos achats, à ne plus acheter « au cas où », à acheter uniquement ce dont vous avez vraiment besoin.
C’est sûr que cela ne se fait pas en un claquement de doigts ! Cela dit, une conséquence logique de tout cela est que vous achèterez moins, et mieux. Forcément.

Acheter moins

Personnellement, cela m’a également menée à acheter des vêtements durables et de meilleure qualité (mais d’occasion), réduire le nombre de produits que j’utilise pour la beauté et le ménage, ne plus jamais acheter d’ustensiles de cuisine (j’en ai déjà trop !), trouver d’autres pistes que l’achat (par exemple, j’emprunte les livres au lieu de les acheter, et je passe par le streaming pour la musique et les films)…

Acheter mieux

Vous voyez la conclusion venir, j’imagine : c’est une démarche qui est aussi bonne pour vous que pour l’environnement, qui est asphyxié par la production d’objets en masse. Vous achetez moins, donc consommez moins d’emballage, donc jetez moins. Et ce que vous achetez en revanche, sera logiquement plus durable, avec toute la réflexion que vous aurez déjà menée ! (même si on a le droit à quelques jokers, je pense notamment au maquillage.)

Se concentrer sur l’essentiel

Quand je parlais de retirer les objets qui nous encombrent, dont on ne sait pas quoi faire, dont on n’a pas besoin, etc., cela implique notamment d’avoir beaucoup plus de place chez soi. Je ne dis pas du tout que votre intérieur doit ressembler à une chambre d’hôtel vide, loin de là. En revanche, les seuls objets qui se trouveront dans votre champ de vision seront des objets qui vous inspirent, vous stimulent, vous rendent heureux … voici quelques exemples tirés de mon expérience.

salon minimaliste

Mon étagère après désencombrement. On est loin de la chambre d’hôtel épurée !

 

Se motiver

J’ai mis un sérieux coup de boost à l’écriture de mon livre lorsque je me suis aménagé un coin dans le salon avec ma liste de scènes affichée au mur, mes carnets de notes sur le sujet, etc. Le voir tous les jours me poussait à y penser, à m’y mettre tout de suite en rentrant du travail … Bien plus que lorsque ce n’était qu’une poignée de dossiers sur mon PC et quelques carnets disséminés !

D’autre part, j’ai réalisé un peu trop tard que les journées où j’allais être motivée pour travailler, faire du sport, cuisiner … étaient celles où mon intérieur était bien rangé : je me sentais plus détendue, plus accomplie.

S’inspirer

Faire le tri dans mes livres m’a aussi permis de constater que certains me manquaient, parce que je les avais empruntés, ou prêtés. Notamment : les livres sur le véganisme, le bien-être, la nature, la méditation, la course à pied. Voir tous les jours les livres Vegan / Le pouvoir du moment présent / Born to Run / Eat and run / La magie du rangement etc. avait semble-t-il une résonance sur moi, et j’ai été très contente de les retrouver et de les mettre bien en vue chez moi.

Etre plus heureux

Je pense que cela transparaît partout dans cet article : cette démarche m’a fait un bien fou. Pourtant je n’étais pas du tout du genre à accumuler, et j’étais arrivée à Paris avec en tout et pour tout une valise ! Au début du livre de Marie Kondo, elle mentionne quelques uns de ses clients (elle est consultante en rangement!) : certains ont perdu du poids, d’autres ont vu leur productivité au travail s’améliorer, d’autres encore ont considérablement réduit leur stress… Bref, vous voyez le topo. Alors, convaincue?

chambre minimaliste
interieur minimaliste

Toujours mon intérieur après désencombrement

 

Se lancer

Si je vous ai convaincu, voici l’étape suivante : devenir minimaliste : la méthode Marie Kondo ! C’est assez radical, et il faut disposer d’un peu de temps quand même pour tout trier. Cependant, ce tri est définitif ! Il vous fera donc économiser beaucoup plus de temps que vous en aurez passé à le faire.
D’autres pistes sont possibles en attendant, comme le challenge minimaliste 30 jours.

Note : je parle « d’objets » dans cet article mais cette démarche concerne également le virtuel (réseaux, applis …), les personnes, les projets … J’y reviendrai certainement, mais si vous préférez creuser cette piste, j’en parle dans l’article Comment devenir slasher.use : s’organiser, se motiver !

Laisser un commentaire