NaNoWriMo : Mon expérience et avis – fin du challenge (2018)

C’est un petit jour d’avance que j’ai atteint l’objectif des 50 000 mots écrits au mois de novembre, dans le cadre du National Novel Writing Month. Si vous cherchez à en savoir plus sur le challenge, je vous recommande plutôt mon article  NaNoWriMo : pourquoi se lancer. Je vous raconte ici la fin de mon challenge, mon avis, et les pistes pour la suite de l’écriture de mon roman.

Capture

Woohoo !

Si vous débarquez, j’ai raconté le début du NaNoWriMo dans l’article NaNoWriMo :  mi-parcours.
Comme on peut le voir sur la courbe, la deuxième moitié de novembre a été plutôt régulière, à part une petite panne d’inspiration vers le 23-24.

Cas d’école : le blocage

Parce que j’étais bloquée ! J’avais pourtant du temps pour écrire (c’était un weekend). Mais c’était un des chapitres cruciaux du livre, et j’ai eu beaucoup de mal à trouver comment raconter ce que j’avais en tête et être satisfaite de moi. Cela m’était déjà arrivé pour certains chapitres où j’avais trop envie que ce soit parfait.
(Spoiler alert : c’est un chapitre qui raconte une énorme bataille spatiale !)

Finalement, avec l’aide de mon amoureux, je me suis motivée pour écrire le synopsis détaillé du chapitre. J’ai utilisé une technique que j’avais vue sur les chats du NaNoWriMo pour les scènes de bataille, qui consiste à découper de petits papiers pour symboliser les soldats/vaisseaux/etc et les faire avancer sur la carte des lieux pour avoir une vision claire des trajectoires de chacun. Visualiser la bataille + devoir l’expliquer à quelqu’un (donc revoir le moindre détail) m’ont permis d’écrire un synopsis très facilement.

Pour les autres fois où j’ai bloqué, souvent ce qui m’a débloquée c’était les « word wars » ou concours de mots organisés avec d’autres participants. Quand je ne savais pas comment avancer, formuler … participer à ce genre de petit concours (par exemple écrire le plus de mots possibles en vingt minutes) aidait en général à me débloquer, puisqu’il fallait absolument écrire ! Tant pis, on reformulera lors de la relecture !

Fin du NaNoWriMo et mon avis sur le challenge

Une fois le synopsis prêt, ça s’est passé comme sur des roulettes jusqu’à hier soir (1h30 du matin, j’avais trop envie de gagner !) où j’ai pu copier la totalité de mon texte sur le site pour qu’il calcule le nombre de mots et confirme que j’avais dépassé les 50K.

E66A8558

Petit souvenir du tour du monde

Je suis vraiment fière d’avoir relevé le défi. Je me suis sentie vraiment encouragée par la communauté du NaNo (big up à la région Auvergne Rhône Alpes où je me suis incrustée pour tout l’évènement).
En y réfléchissant, je me dis que je peux écrire environ mille mots en une heure, et que j’ai donc passé une cinquantaine d’heures sur mon livre pendant ce mois, au moins. Une heure et demie par jour en moyenne, donc. C’est énorme ! Surtout que je n’ai pas pour autant délaissé le sport et ma vie sociale, j’ai simplement écrit durant mes pauses déjeuner, le soir en rentrant du travail, éventuellement après le dîner quand j’étais en retard.

Mon avis : une inspiration pour mes projets

Cela m’inspire aussi pour les autres projets que j’ai dans la vie : même en travaillant 40 heures par semaine, il est possible de dégager du temps si on le veut vraiment. C’est toujours possible, il suffit de revoir l’ordre de ses priorités (certes, j’ai la chance de ne pas avoir d’enfants, et ce projet pouvait être fait en dehors des heures de travail – pour passer le permis de moto, ce sera une autre paire de manches). J’en parle plus en détail dans l’article Comment devenir slasher.use !

IMG_20181116_134408

Tout est dit. (merci Camille pour le carnet !)

Ecriture de mon premier jet

J’ai écrit 22 chapitres sur 25 initialement prévus. Mais j’en ai rajouté deux à mesure que mon histoire avançait, donc il m’en reste 5 à écrire (peut-être un ou deux de plus qui se rajouteront par la suite !)
Mon projet de le terminer avant la fin de l’année semble donc toujours faisable ! Je donne plus de détails à ce sujet dans l’article Comment écrire un roman : le premier jet.

Ensuite, il est recommandé de laisser poser le premier jet quelques jours, voire semaines. Par exemple, le site du NaNoWriMo organise un évènement appelé « Now what ? » (Et maintenant ?) en janvier-février pour se consacrer à la relecture et réécriture. J’aimerais aussi prendre une petite pause, donc ce serait bien que je finisse le premier jet le plus tôt possible.

img_20181116_151521-1290143800.jpg

Encore quelques litres de caféine en perspective

Après une première réécriture, je soumettrai mon récit à des lecteurs chargés de me donner leur avis et de traquer les problèmes, appelés bêta-lecteurs. J’ai l’impression que cette étape est encore très loin, mais cela devrait arriver au printemps prochain !

Et après mon premier roman ?

Plus j’avance, et plus je prends mes marques dans l’univers des Tëloë. Les idées fourmillent pour donner une suite à mon histoire. Je suis à peu près sûre de n’en avoir pas fini avec mes personnages !
A bientôt !

2 commentaires

  • emiliedeseliene

    Un grand bravo (avec un peu de retard!) pour avoir accompli le NaNo! J’aime beaucoup la positivité qui se dégage de ton article 😉 Et déjà voilà le mois de janvier bien entamé, le temps passe vite lorsqu’on a un projet sur le feu !

    • GrassforPillow

      Merci beaucoup c’est trop gentil ! c’est clair, je suis en train de finaliser le premier jet pour attaquer la réécriture, ça passe tellement vite ! Belle année à toi et plein de réussite dans tes projets !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :