Comment créer des personnages de roman

C’est en voyant la pyramide des besoins de Maslow dans le livre Ecrire et se faire publier de Bob Mayer que j’ai eu un déclic : tout ce que j’ai appris sur les différentes personnalités, comment convaincre, comment travailler en équipe … s’applique également en écriture ! Et donc que je pouvais mettre à profit mes connaissances dans le domaine du management pour voir comment créer des personnages, les comprendre, les aider à évoluer … comme un chef d’équipe !

Le management

Avant tout, de petites définitions : Le management (qui signifie en gros « gestion ») peut désigner de nombreuses choses, de la gestion de projet, de personnes, … Dans la suite, je désignerai par ce terme tout ce qui a trait au management de proximité, à savoir la gestion d’une équipe de personnes, et par « manager » le chef d’une équipe. Ce.tte dernier.e a donc plusieurs rôles :
– Bien connaître son équipe
– Les aider à progresser
– Organiser l’équipe
– Veiller à ce que les objectifs de l’équipe soient atteints
– Exercer son autorité

L’écrivain
Et si vous étiez le.a chef.fe de vos personnages ?
Il vous faudrait :
– Bien les connaître
– Les faire progresser, évoluer au long de l’histoire
– Gérer leurs rôles
– Veiller à ce qu’ils aident au bon déroulement de votre histoire
– Les empêcher de faire n’importe quoi (peut arriver dans le cas « d’auteur.rices jardinier.e.s », mais pas que !)

Pas besoin de suspense pour en conclure que je trouve intéressant de relier les deux visions !
Dans ce premier article de la série, on parlera de la connaissance de ses personnages/son équipe pour voir comment créer des personnages crédibles et originaux. Les articles suivants traiteront de leur évolution !

La description : comment créer ses personnages

La fiche personnage

Evidemment, tous les auteurs conseillent de détailler au maximum vos personnages au départ de votre histoire, par exemple en réalisant une fiche personnage. J’avais également lu un article qui disait de visualiser chacun de vos personnages : Comment est-il ? Comment est-il habillé ? Comment se déplace-t-il ? Quel est le son de sa voix ? Son accent, ses mimiques, sa gestuelle ? Souvent, les auteurs débutants ont tendance à décrire un personnage par un seul trait physique (ah, les yeux violets et les cheveux blonds comme les blés ), alors qu’il y a tant à dire !

De mon côté, j’ai réalisé des fiches personnage avec une photo qui m’inspirait pour leur physique, leur « carte d’identité », une biographie, et quelques questions en mode portrait chinois. Je recommande notamment de se poser les questions suivantes :
– Comment va-t-il réagir si un ami le trahit ?
– Quand a-t-il été le plus heureux ?
– Quelles sont ses qualités et défauts ?
– Comment réagit-il face à un imprévu ?
– Quel est son rêve ?
– + toute autre question qui a trait à son rôle dans l’histoire !
J’ai même poussé le vice jusqu’à interviewer mes amis qui m’avaient servi de modèle pour certains personnages !

Mon exemple de fiche personnage

Questions d’interview

Le test de personnalité

J’ai suivi une formation de management, et ai été étonnée du temps qui y était alloué à la réalisation d’un test de personnalité (le MBTI, j’en parle dans l’article « L’ikigai pour trouver sa voie »). Je ne voyais pas vraiment l’intérêt, au départ.

J’ai vite changé d’avis. Le formateur nous a d’abord détaillé longuement les critères permettant de distinguer les différents types de personnalité :
Extraverti « E » ou introverti «I »: votre personnage trouve-t-il de l’énergie dans l’environnement extérieur, les activités et les expériences, ou en lui, dans ses idées, émotions ?
Intuition « N » ou Sensation « S »: si votre personnage a besoin d’informations, lui faut-il des éléments concrets, rationnels, ou des concepts, des idées ?
Pensée « T » ou Sentiment « F » : prend-il ses décisions de manière logique, critique, ou de manière subjective, se fiant à ses sentiments ?
Jugement « J » ou Perception « P » : est-il organisé, préparé à l’avance … ou spontané, motivé par la pression, décontracté ?
Ces critères permettent de construire 16 types de personnalité bien détaillés, que je vous invite à consulter sur ce site, car ils aident à comprendre vos personnages, mais aussi à les faire évoluer.

Les buts du personnage

Dans le portrait que vous faites de chaque personnage, ce serait bien de vous demander leur but, ce qui les anime, qu’il s’agisse du début ou de la fin de l’histoire. Mais cela peut être une question délicate !
La pyramide des besoins de Maslow, même si elle est très critiquée, peut néanmoins être une base pour les non-initiés : elle stipule l’ordre dans lequel les personnages doivent satisfaire leurs besoins. En pratique, cela signifie d’abord la survie (manger, dormir), puis la sécurité (un toit sur la tête, par exemple), puis l’amour et l’appartenance, puis l’estime (reconnaissance des pairs), puis l’accomplissement de soi.

Pyramide de Maslow

Quelques exemples :

– La faim : une personne affamée sera prête à risquer sa vie pour se nourrir
– Le bizutage : le besoin d’appartenance passe avant l’estime des autres

Quelques contre-exemples :

– La quête de l’accomplissement de soi, pour les sportifs de l’extrême, moines bouddhistes qui méditent plusieurs mois … se fait visiblement au détriment des besoins physiologiques primaires et de la sécurité.
– Le besoin d’appartenance/d’amour peut supplanter les besoins physiologiques (certaines personnes peuvent se laisser dépérir, perdre l’appétit … suite à un traumatisme affectif, par exemple dans le cas d’une dépression)
Même si ce modèle est critiquable, il n’en demeure pas moins un bon outil pour créer vos personnages et cerner leurs besoins à court et long terme, ou pour anticiper leur comportement dans une situation donnée.
Cela m’amène à l’objectif principal de cet article !

Utiliser les outils de création de personnage pour l’écriture

Même en pleine écriture, il peut être intéressant de ressortir vos descriptions de personnages pour voir leur évolution ou vos changements d’avis.
Tout ce travail permettra de mieux savoir :

– Comment les personnages réagissent aux difficultés

La description

Elle vous donnera déjà son caractère : s’il est plutôt colérique, renfermé, compréhensif … cela vous aidera à anticiper ses réactions. Si vous avez bâti tout un personnage glacial et hautain, le lecteur sera perturbé si celui-ci se met à pleurer devant le premier obstacle.
Comme un manager qui, quand iel connaît bien la personnalité des membres de son équipe, anticipera leur réaction face à un imprévu ou à un obstacle : certain.e.s réagiront mieux que d’autres, certain.e.s seront plus susceptibles de chercher de l’aide ou de sonner l’alerte …

Le test de personnalité

Il peut donner d’autres pistes, par exemple sur la réaction du personnage après coup : un extraverti ira chercher du réconfort auprès de quelqu’un, tandis qu’un introverti ira peut-être se réfugier au calme. Je le vois bien dans mon environnement de travail, lorsqu’une mauvaise nouvelle tombe, des groupes de personnes se forment, tandis que d’autres restent seuls dans leur coin.

– Comment convaincre un personnage

… ou votre collaborateur.rice. Une question que je me suis posée mille fois pendant l’écriture de mon roman : mon héros doit faire quelque chose qui lui déplaît. Qu’est-ce qui le poussera à se décider ?

– Extraverti « E » ou introverti «I »:

selon que votre personnage soit extraverti ou introverti, il peut être plus stimulé par une tâche dont le but est d’aider autrui, ou au contraire d’apaiser ses tourments intérieurs.


– Intuition « N » ou Sensation « S »:

dans le premier cas, votre personnage préfèrera les idées et concepts, contrairement au deuxième cas où il aura besoin de concret pour être convaincu.

  • Par exemple, convaincre un « S » : On va économiser 2000 € / On gagne deux jours de voyage / L’autre entreprise fait comme cela / Statistiquement, on a moins de 10% de chances de se planter… ou en version plus littéraire, on économise tant de temps / l’ennemi a très peu de chances de se trouver ici / il y a des sources qui disent que c’est comme cela que l’on cultive un œuf de dragon …
  • Convaincre un « N » : C’est le résultat d’un effort commun / C’est un choix durable / On investit pour l’avenir / … / version plus littéraire : Cela nous fera gagner la guerre / libèrera de Sauron / …

Pensée « T » ou Sentiment « F » :

Ici, c’est un peu différent prend-il ses décisions de manière logique, critique, ou de manière subjective, se fiant à ses sentiments, préférences personnelles ?
Un « T » va par exemple consulter l’avis d’autrui, réfléchir en pesant le pour et le contre, collecter différentes informations pour les recouper avant d’agir…
Tandis qu’un « F » va plutôt écouter ses valeurs personnelles, ses goûts.

 

– Comment les personnages interagissent

Pour le manager comme pour l’écrivain, ces outils permettent d’anticiper les relations entre vos personnages.

Le tableau des 16 types peut être une bonne base de « test de compatibilité » : même si rien n’est prouvé en la matière, j’aurais tendance à dire que plus des individus sont éloignés sur le tableau, plus ils vont avoir des difficultés à se comprendre :
Les « N » et « S » n’ont pas besoin du même type d’information (concret/abstrait), ce qui rend la communication difficile.
Les « F » et « T » fonctionnent différemment, notamment pour la prise de décisions. Les premiers peuvent sembler subjectifs, illogiques, aux seconds qui eux peuvent paraître froids ou calculateurs.
– L’organisation des « J » et « P » est très différente et si vous avez déjà travaillé en équipe ou en groupe avec une personne beaucoup plus (ou moins) organisée que vous, vous savez de quoi je parle !

En raisonnant de manière un peu basique, je dirais que plus les personnages ont de lettres différentes dans leur type (1, 2, 3, ou 4), moins ils peuvent fonctionner ensemble. Bien sûr, des exceptions sont possibles ! (moi-même qui suis ENFJ m’entends très très bien avec un ISTP ) Mais cela vous fait déjà une base, notamment si vous écrivez sur un groupe de personnes qui œuvre pour un but commun : il y aura forcément des altercations !

– Quels sont ses besoins à court terme, long terme et comment les relier à votre histoire :

C’est le sujet du prochain article : comment faire évoluer vos personnages avec les outils du management !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *