machine a ecrire

Comment bien écrire : 5 conseils pour passer d’écrivain.e débutant.e à pro

Débuter dans l’écriture est difficile : comment faire pour bien écrire ? Je vous donne ici les conseils qui m’ont le plus aidée quand j’ai débuté dans l’écriture. Je complèterai certainement plus tard par des explications plus poussées, mais c’est un début. Bref, voici mes 5 conseils pour passer d’écrivain.e débutant.e à pro !

 

  1. Pour bien écrire … oubliez le style. Oui, oui.

Faites des phrases simples, utilisez vos mots, comme si vous racontiez l’histoire à l’oral. Si vous êtes débutant, ce conseil est le plus précieux que j’ai à vous donner. Quand on se lance dans l’écriture, on a tendance à vouloir faire de belles phrases, des métaphores, des ajouts un peu partout … or c’est tout le contraire : le meilleur style est celui qui vous immerge le plus dans l’histoire ! Donc n’en faites pas trop au départ, votre style s’améliorera à mesure que vous écrirez !

J’ai découvert cela en abandonnant mon roman de SF et en écrivant des articles de voyage sur ce blog : plusieurs commentaires me félicitaient pour ma « belle plume » alors que je n’avais même pas l’impression d’écrire. J’ai alors eu le déclic : plus mon écriture sera simple, plus mes lecteurs s’y immergeront. Et c’est cela le but, non ?

Donc plutôt que : Le soleil se diluait dans l’océan brumeux du brouillard matinal.

Préférez pour l’instant :Le soleil se perdait dans le brouillard.

Petit à petit, vous « sentirez » mieux comment employer des tournures percutantes et efficaces, mais pour l’instant, focalisez-vous sur votre histoire !

Inscriptions en chinois

(Photo : Taishan, Chine)

 

  1. Une idée par phrase

Une autre erreur qu’on a tendance à faire au départ est de vouloir à la fois décrire, raconter une action, expliquer … bref, on se perd ! Exemple :

« Il sauta dans le grand vaisseau étincelant d’un bond rapide, avant de se figer, horrifié et le cœur battant : il avait oublié son colis sur le quai du spatioport encombré de navettes. »

Ici, l’action est mélangée à la description, ce qui est un peu perturbant à lire, et surcharge le lecteur d’informations. Cela casse aussi le suspense lié à l’oubli du colis.

En séparant les deux, on obtiendrait :

« Le spatioport était encombré de navettes. Il sauta dans le vaisseau, puis se figea. Il avait oublié son colis sur le quai. »

C’est plus clair, non ? Et le suspense est bien plus efficace avec cette structure. Alors n’oubliez pas : une idée par phrase !

 

  1. Show, don’t tell : montrez plutôt que raconter.

Un conseil classique pour les débutants, il permet au lecteur de s’immerger bien plus facilement dans l’histoire. Un exemple vaut mieux qu’un long discours :

Il était mort de peur à l’idée de manquer la réunion. Il regarda sa montre, qu’il trimbalait partout depuis quinze ans. Elle indiquait quatre heures dix, et la réunion commençait à quatre heures trente. « Tout ça à cause de  Charles-Edouard! » pensa-t-il, excédé.

Reformulation :

Son cœur tambourinait dans sa poitrine. Il jeta un œil à sa montre rouillée : quatre heures dix. Encore 20 minutes avant le début de la réunion. Il serra les poings. Il n’écouterait plus les conseils de Charles-Edouard.

Alors ? On se plonge plus facilement dans le deuxième extrait, non ? Si on décortique :

  • « Son cœur tambourinait » montre sa peur
  • « la montre rouillée » montre qu’elle n’est plus de première jeunesse
  • « encore 20 minutes » donne l’heure de la réunion
  • « il serra les poings » montre sa colère

Bref, vous avez compris ! ici, j’ai glissé ces précisions dans une suite d’actions, mais cela aurait aussi pu être dans un dialogue. Ce qu’il faut éviter, ce sont les longs paragraphes d’explications, les explications qui surgissent n’importe où … ils créent une distance entre le lecteur et votre récit ! Après, certains auteurs le font, mais pour un débutant, je conseille vraiment de passer par cette étape, qui aide à atteindre un bon niveau.

Immersion dans le Pacifique

Immersion, on a dit ! (photo : Polynésie)

 

  1. Utilisez vos 5 sens et les détails pour bien écrire les descriptions

Qu’il s’agisse d’un lieu ou d’un personnage, ne les décrivez pas qu’avec les yeux !

Décrire un personnage

Un personnage, ce n’est pas une couleur de cheveux et/ou d’yeux, comme on a tous eu tendance à le faire au début. Il a une attitude, des détails, cicatrices, façons de parler, accent, bijoux, tenue particulière, démarche, odeur … qui le rendent vivant ! Donner ces précisions donnera plus de corps à votre récit et immergera mieux le lecteur.

Décrire un lieu

Il en va de même pour les lieux. Au début de mon aventure littéraire, j’avais tendance à décrire les pièces « de loin » : un grand hall de gare carré, noir de monde, avec un escalier au fond, par exemple.

Valparaiso

(Photo : Valaparaíso, Chili)

Alors que votre personnage, il ne va pas voir ça ! Il est en plein milieu, il va voir les dalles carrelées en piteux état, le groupe de voyageurs qui passe en trombe, le gars qui lui marche sur le pied, la pierre de la rampe d’escalier qui part en lambeaux … Il va sentir l’odeur de fumée, la chaleur de la foule, entendre le brouhaha se réverbérer sur les murs … Bref, vous avez compris : les 5 sens et les détails !

Pour aller plus loin, je vous conseille mon article Comment écrire une description vivante  !

 

  1. Simplifiez vos dialogues

Au collège, on nous a appris à varier les verbes de dialogue. C’est très bien. Mais en fait, les meilleurs dialogues sont ceux où l’on sait qui parle et avec quel ton,  sans même avoir besoin de verbes de dialogue !

Charles-Edouard regarda Bernadette, les yeux ronds.

« Mais … où est passé Théophile ?

— Bah, j’en sais rien, moi ! C’est toi qui devais le surveiller !

— Je sais, mais … j’ai eu un appel …

— Comme d’habitude ! Un appel par-ci, une urgence par-là ! Allez pousse-toi, il doit être à la balançoire. »

Vous visualisez la scène, non ? pas besoin de mettre des « demanda-t-il, rétorqua-t-elle, bredouilla-t-il, cria-t-elle en le poussant » ? Alors il en va de même pour vos dialogues. Bien sûr, parfois c’est nécessaire, surtout s’il y a plusieurs personnages, mais la règle reste la même : mettez juste le strict minimum !

 

 

 

6. Ecrire

Comment ça 6, il ne devait pas y en avoir 5 ?

Hé bien si, mais j’avais oublié ce conseil encore plus important que les autres : si vous voulez bien écrire … arrêtez de lire des conseils d’écriture, arrêtez de regarder des vidéos sur le sujet, mettez-vous à votre manuscrit et écrivez !

machine à écrire

Au boulot ! (Photo : Maison de Pablo Neruda, Valaparaíso, Chili)

 

Bob Mayer, dans le livre Ecrire et se faire publier, décrit l’ingrédient principal de son succès comme de la « colle à popotin » … vous voyez le tableau !

Pour aller plus loin, je vous conseille :

Comment écrire un roman pas à pas : tous mes articles

Comment écrire un roman : le premier jet

 

Un commentaire

  • Mrs w.

    Article très intéressant et concret. Merci pour ces bons tuyaux. Au début on a tendance à vouloir en faire des tonnes avec le style mais tes exemples montrent bien que la simplicité fait tout aussi bien passer les messages. Belle découverte ton blog ! À bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir la newsletter

Pour ne rien manquer des nouveaux articles du blog, tu peux recevoir la newsletter une fois par semaine.

Je t'offre des freebies sur l'écriture et le développement personnel, et une petite méditation guidée.