La motivation pour écrire … ne sert à rien – Podcast #1 !

Hello collègue écrivain ! Je suis très heureuse de te retrouver dans ce premier épisode du café des auteurs, où je vais te parler d’écriture, d’édition, d’organisation … mais comme si nous étions en train de prendre un café, tout simplement ! Pour fêter ce lancement, j’ai un petit cadeau pour toi, que tu pourras retrouver à la fin de l’épisode !
et pour inaugurer en beauté ce nouveau format, j’ai choisi l’un de mes sujets favoris : la motivation pour écrire, la volonté, et l’effet Momentum.

C’est quoi la motivation pour écrire et pourquoi elle ne sert à rien

On pourrait tergiverser longtemps sur ce qu’est réellement la motivation, mais voici ma définition en version écriture : la motivation, c’est la volonté d’écrire, même si on n’a pas envie, ou qu’on a de nombreux imprévus.

C’est un challenge pour nous. Ecrire, c’est « difficile », cela implique de se confronter à la page blanche, à sa peur de l’échec. Le moment venu, il est très tentant de laisser tomber et d’aller plutôt sur Netflix ou de se reposer.

Et même si on adore écrire, trouver un créneau dans la semaine peut relever de l’impossible, et nous décourager.

La motivation, c’est donc cette volonté qui va nous pousser à écrire quand même, même si on est crevé. Si on attaque notre scène préférée dans un roman, on sera plus motivé que pour écrire les descriptions des lieux, par exemple.

Je consacrerai certainement plus d’un épisode au sujet de la volonté, mais aujourd’hui, j’ai deux choses à te dire à ce sujet :

  1. Vois la volonté comme une « jauge de points de vie » que tu pourrais avoir dans un jeu vidéo. Elle est maximale après un bon repos, quand on se sent bien dans notre peau, quand on ne s’est pas fait assaillir par des émotions négatives, et qu’on a un mode de vie sain. C’est notamment pourquoi écrire le soir est très difficile ! C’est prouvé par de nombreuses études.
  2. Tu ne peux donc pas compter dessus ! A la moindre frustration, ta motivation va s’envoler. Une journée chargée, et tu ne seras plus motivé.

 

En conclusion de cette première partie, la motivation peut te permettre d’écrire sur le court terme. Par exemple, veiller tard pour écrire un soir.  Mais écrire un roman n’est pas un sprint, c’est un marathon. La motivation ne va pas suffire, il va nous falloir autre chose pour arriver au bout du premier jet du roman et des corrections.

 

Lire la suite sur J’écris un Roman : La motivation pour écrire ne sert à rien

 

 

Pour aller plus loin

Ecrire le premier jet de son roman … jusqu’au bout avec mon cours en ligne, TerminAuteur
Atelier d’écriture en ligne gratuit : écris le premier chapitre de ton roman !

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *