crayon cassé

Ce que j’écris est nul !

Le syndrome de l’auteur-imposteur, tu connais ? Bon, je viens de l’inventer, mais tu vois ce que je veux dire : un nouveau projet de roman qui te botte, une préparation enthousiaste, et une fois devant le clavier … « ce que j’écris est nul ! je n’arrive pas à écrire comme mes romans préférés … » Tu procrastines ce projet, voire le laisses carrément tomber.

Avant de commencer, n’oublie pas que tu peux assister au cours gratuit La méthode pour écrire un roman en entier sur l’école d’écriture et repartir avec un plan d’action pour ton roman en cours … même si tu n’aimes pas préparer !

« Ce que j’écris est nul, pas comme dans mes livres préférés… »

crayon cassé

C’est normal que tu penses ça !

Tu as l’habitude de lire des romans édités, cela signifie que :

  • l’auteur a écrit son premier jet puis mené plusieurs cycles de correction
  • puis il a travaillé d’arrache-pied pour que le manuscrit soit parfait pour l’éditeur (voire avec l’aide d’un correcteur)
  • l’éditeur a ensuite retravaillé le manuscrit pour qu’il soit parfait pour l’édition !

Livre et thé

Sur cette photo : des centaines d’heures de travail.

Le premier jet est un brouillon !

Alors que toi, ce que tu vas écrire face à ta page Word, c’est un BROUILLON. Oui, tout à fait, c’est normal que tu te dises « ce que j’écris est nul, pas original, plat … » puisque c’est un brouillon, que tu vas relire, réécrire, travailler jusqu’à ce qu’il soit parfait … comme le font les auteurs !

Je t’assure qu’une fois qu’on a eu ce déclic, ça fait du bien ! Ce que tu écris n’est pas immuable. Tu vas pouvoir le modifier jusqu’à ce que ça te convienne. Mais en tout cas, tu l’auras écrit : fait est mieux que parfait !

 

Lâcher prise pour écrire

page de livre

 

J’ai eu du mal à trouver comment lâcher prise par rapport à l’écriture. Pour mes premiers romans, j’étais beaucoup dans l’organisation, le BuJo, le NaNoWriMo pour suivre ma productivité … aujourd’hui, j’ai une approche à l’écriture bien plus détendue. Mon conseil numéro 1 serait de chercher ce qui te fait du bien dans l’écriture. En cas de page blanche sur ton roman en cours, de baisse de motivation …. demande-toi pourquoi tu écris.

  • Pour créer des univers imaginaires, t’évader ? Et si tu faisais une carte mentale pour trouver de nouvelles idées ou enrichir un aspect de ton univers ?
  • Pour me défouler, évacuer la pression de la journée ? De nombreux écrivains que je coache se réfugient dans l’écriture quand la réalité les met à l’épreuve. Si c’est le cas, écrire un journal au quotidien peut te suffire pour relâcher la pression.
  • Par amour des mots ? Je te conseille de trouver un petit défi d’écriture, comme ceux que je publie chaque semaine sur le groupe facebook J’écris un Roman. Cela peut t’aider à lâcher prise et retrouver le plaisir d’écrire !

 

Comment on fait alors pour écrire le premier jet ?

Pour faire simple :

  • on accepte que le premier jet est un brouillon, et on écrit sans pinailler.
  • par exemple, les guerres de mots sont un très bon moyen de se libérer de l’envie de corriger chaque phrase !
  • si on le souhaite, on peut effectuer quelques petites retouches après avoir écrit un chapitre par exemple. Mais la vraie étape de correction du roman aura lieu à la fin du premier jet ! Car on va commencer par regarder le fond, la cohérence… donc rien ne sert de corriger la forme avant !

Bonne écriture !

 

Pour aller plus loin

Les Explorauteurs, pour prendre confiance en toi et ne plus avoir de blocages d’écriture

Si tu souhaites lire de vrais conseils d’écriture qui t’aideront à écrire ton premier jet, je te donne rendez-vous sur cet article : Comment écrire un roman : le premier jet

Et pour en savoir plus sur les corrections : Comment corriger son roman

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *